le pouvoir infini de la conscience

Publié le 26 Janvier 2011

Le pouvoir infini de la conscience

Lundi 18 Octobre 2010 - Articles / Par Ghislaine Ballester
Psychiatre américain de réputation mondiale et invité d'honneur à l'INREES pour la conférence du mercredi 13 Octobre 2010, Stanislav Grof a posé les bases de la psychologie transpersonnelle, menant avec son épouse Christina des recherches consacrées aux états de conscience modifiés depuis des décennies.
Photo : Jean-Romain Pac
Thomas Kuhn, dans son ouvrage « La structure des révolutions scientifiques » explique que la science ne suit pas un parcours linéaire mais évolue par étapes. Entre chaque étape, on trouve des périodes, dont chacune est caractérisée par un consensus établi par le monde universitaire et accepté par tous, définissant ce qui est considèré alors comme étant la réalité. Durant chaque période, les scientifiques appliquent le paradigme existant. Mais il se produit parfois des « anomalies », des phénomènes qui ne peuvent pas être expliqués par la vision du monde en cours. Physique, chimie, psychologie... toutes les composantes de la science connaissent à un moment donné ce débat. Le dernier en date a eu lieu au début du siècle dernier, lorsque la physique de la relativité a dû faire place à la physique quantique. Un changement de paradigme se profile alors, qui peut durer plusieurs décennies durant lesquelles le monde scientifique dans son immense majorité oppose une très forte résistance. Nous sommes actuellement, nous dit Stanislav Grof, dans l'une de ces périodes-clé. Ses travaux, qui s'inscrivent dans un nouveau paradigme, bousculent. Il a choisi d'en parler avec humour : « Certains de mes collègues ne comprennent pas comment un médecin peut avoir recours à la psychologie transpersonnelle, ou écrire un ouvrage avec ce titre invraisemblable "Voyage au-delà de mon cerveau" ! » (ndlr : référence au livre du Dr Jill Bolte Taylor, paru en 2008).

Pour nous présenter la synthèse de ses études sur les états de conscience non ordinaires, Stanislav Grof a choisi de parler tout simplement de ce qu'il a vécu : des histoires extraordinaires mais avérées, qui démontrent l'existence d'une psyché élargie et d'une conscience distincte du cerveau.


La conscience n'est pas le cerveau


Né d'une famille sans affinités religieuses, il s'est passionné très tôt pour Freud et la psychiatrie. Sa formation médicale a été des plus matérialiste et, après quelques années d'analyse freudienne, il sent qu'il fait fausse route : intuitivement, il sait qu'il y a autre chose à découvrir.

Il est dans cet état d'esprit lorsqu'un colis arrive au département de psychiatrie de Prague où il travaille, adressé au Directeur de l'établissement et accompagné d'une lettre. Un laboratoire allemand envoyait dans ce paquet plusieurs ampoules de LSD 25 et proposait aux membres du département de mener des recherches avec cette substance tout en communiquant leurs conclusions au laboratoire. La lettre suggérait : « peut être pouvez-vous l'utiliser comme un outil éducatif, le donner aux psychiatres, psychologues, étudiants en psychiatrie afin qu'ils passent quelques heures dans le monde de leurs patients... »

Cet événement fut déterminant pour le jeune chercheur, qui dès lors réalisa avec son Directeur de recherches de très nombreuses expérimentations, sur lui-même et avec des patients, effectuant de nombreuses analyses avant, pendant et après afin d'obtenir des modèles. « C'était une source d'exploration tout à fait passionnante ! ». Au cours d'une de ses expériences avec le LSD 25, Stanislav Grof vécut notamment une expérience marquante, explorant des niveaux de conscience qu'il appellera « non ordinaires ». A cet instant, il eut l'intuition « à un niveau cellulaire » que ce qu'il avait appris à l'Université sur la conscience n'était pas exact : la conscience n'est pas un phénomène physique ; elle est quelque chose de fondamental qui agit au niveau du cerveau mais ce n'est pas le cerveau. « Il a fallu des années avant d'obtenir une démonstration scientifique de ce que j'avais expérimenté, notamment par les expériences de sorties du corps et surtout les EMI (Expériences de mort imminente) ou ce qui peut arriver à des personnes au seuil de la mort. » Depuis, des milliers de témoignages de personnes qui ont vécu des états de conscience modifiés (lors de comas, d'EMI ou d'intervention chirurgicale) ont été collectés, confirmés par un grand nombre d'expériences documentées. Ces personnes voient ce qui se passe au même dans la pièce, parfois même ce qui se passe à ce moment à plusieurs kilomètres de là. Mêmes interrogations et confirmations devant les témoignages de personnes aveugles, au seuil de la mort, ayant précisément décrit leur environnement suite à une EMI, ce que le psychologue Ken Ring appelle la « vision de l’esprit » (Mindsight).


Inconscient individuel et inconscient collectif archétypal


Mais si notre conscience peut se « promener » lorsqu'elle est dans cet état particulier, jusqu'où peut-elle aller ? Au fil de leurs travaux, Stanislav et son épouse élargissent la carte de la psyché, que l'on croyait jusque là limitée à la mémoire postnatale. Ils démontrent qu'on peut revivre notre propre naissance, notre vie intra-utérine et jusqu'à notre conception au niveau cellulaire ! Une véritable révolution. « Nous savons que c'est possible, c'est maintenant aux neurophysiologistes de nous dire où cette mémoire est enfouie... Nous savons par la biologie que nous n'avons pas besoin d'un cortex pour avoir de la mémoire, la mémoire est une propriété intrinsèque à la matière vivante, Eric R. Kandel a reçu le prix Nobel en 2000 pour ses études sur la mémoire d'une limace de mer... Donc, on accepte qu'une limace ait de la mémoire, mais pas un être humain nouveau-né ! »


© Jean-Romain Pac (INREES)

Les découvertes ne s'arrêtent pas là. S. Grof constate que nous pouvons non seulement revivre des événements nous concernant directement et enfouis dans nos archives mémorielles, mais également des événements datant de plusieurs générations avant notre naissance biologique. Les personnes décrivent alors, avec une précision étonnante, une époque, un lieu disparu, toutes informations vérifiées et documentées ensuite par des recherches généalogiques, historiques, géographiques ou par l'étude des légendes et mythologies dans le monde.

Carl Gustav Jung l'avait pressenti : nous disposons d'un inconscient non seulement individuel mais également collectif. Et même archétypal : dans ces états modifiés de conscience, de nombreuses personnes voient des personnages ou des royaumes mythologiques ou archétypaux qui leur est impossible de connaître intellectuellement.


Les émergences spirituelles pour guérir


Mais le psychiatre pressent la dimension spirituelle de la conscience. Il rencontre alors des enseignants spirituels, moines tibétains, bouddhistes de la tradition zen, chamanes, chrétiens bénédictins... et étudie ce qu'il appelle « les technologies du sacré », comme les techniques de méditation profonde. Il découvre avec Christina que ces explorations peuvent être un mécanisme puissant de guérison pour nombre de pathologies étiquetées comme des « psychoses » ou « états psychotiques ». Eux préfèrent les nommer « émergence spirituelle » ou « urgence spirituelle », des termes qui parlent bien d'un état de crise mais aussi d'une opportunité de passer à un autre niveau de conscience et de guérir. « On peut véritablement aider les gens à traverser ces crises plutôt que de supprimer les symptômes, même si le thérapeute n'y croit pas. Ne pas laisser les gens aller vers ça serait les priver d'une guérison possible. » En 1980, Christina fonde le réseau d'urgence et d'émergence spirituelle, qui met en contact des personnes traversant des crises de cet ordre-là avec des professionnels capables de les accompagner.

« Quand nous aurons acquis cette nouvelle vision du monde, quand l'émergence de ce nouveau paradigme sera effective, ces expériences ne seront plus des anomalies mais des éléments normaux de notre nouveau monde. » Pour Stanislav Grof, l'important n'est pas de savoir ce qui crée ces émergences spirituelles mais de savoir comment accéder à ces nouvelles sources de guérison.

Pour aller plus loin : « L'ultime voyage » et « Quand l'impossible arrive » (Editions Tredaniel)
site INREES

Rédigé par Marie Jose A

Publié dans #des personnes - des articles - des engagements qui m

Repost 0
Commenter cet article

Clovis Simard 16/06/2012 20:37

Blog(fermaton.over-blog.com),No-21. - THÉORÈME VERTICAL. - La matière et Conscience.