IL EST PLUS ECONOMIQUE D'ETRE PESSIMISTE QU'OPTIMISTE

Publié le 7 Octobre 2010

 

voiliercopie.jpg LE NEGATIVISME EST ECONOMIQUE  extrait du livre de Roland Jouvent

« LE CERVEAU MAGICIEN » ou comment la « pratique du moindre effort » nous conduit à voir la vie en noir. Il est plus facile et donc plus « économique en énergie dépensée » de voir le verre à moitié vide que de chercher à le voir à moitié plein ! Economie quand tu nous tiens ! Et si nous  acceptions enfin de croire en l’Abondance !

« Dans un univers neutre, il est beaucoup plus facile et rapide de décider qu’il est négatif que de chercher un motif de le colorer positivement. Pour le déprimé qui découvre le matin qu’il fait gris, il est nettement moins fatiguant, au plan de l’énergie physique dépensée, de dire qu’évidemment le temps est moche ». on n’a pas besoin de regarder le ciel en détail, de le traiter perceptivement, pour ressasser la mauvaise nouvelle météorologique. En revanche, dire qu’il y a des nuages mais qu’ils ressemblent à un troupeau de moutons ou que, certes, il fait gris et peut-être il va pleuvoir, mais qu’on pourra en profiter pour aller au cinéma, nécessite une certaine créativité mentale. Tenter d’argumenter n’négativement cette mauvaise surprise d’un temps maussade, c’est encore une fois refaire l’histoire, transformer la météo en intention. Noircir le monde, le connoter négativement, c’est la façon la plus minimaliste de transformer la perception en intention.

Au-delà de la dépression, le même raisonnement peut valoir pour le « style cognitif » de certaines postures psychologiques, depuis le pessimisme anxieux jusqu’au défaitisme. Analysez en détail le discours d’un pessimiste, vous pourrez remarquer qu’il est sémantiquement restreint et son lexique rudimentaire. Le « ça ne marchera pas » évite l’inventaire du réel, dispense de chercher dans le monde environnant des prétextes à la création, des motifs de croire et d’entreprendre. L’économie est double : simulatrice et intentionnelle. Comme pour le ciel par temps maussade, la position négative dispense d’un travail perceptif détaillé. L’intentionnalité est réduite au maximum, puisqu’elle n’est pas tournée vers une anticipation créatrice. Elle se contente de la routine du ressassement, sans motivation de l’imaginaire.

« La répétition c’est la mort ». disait Freud. »

La « pensée » ne peut être créatrice qu’avec une intention et une implication totale. Si nous vivons « à l’économie », nous serons pauvres. Notre vie sera pauvre. Rien de nouveau sous les nuages ….

A bientôt M.J.A

Rédigé par Marie Jose A

Publié dans #des personnes - des articles - des engagements qui m

Repost 0
Commenter cet article

mamychris 07/10/2010 16:07


je fais l'expérience depuis un certain temps du positivisme et c'est vrai que cela demande un gros effort au départ mais ensuite...cela va tout seul au grand dam de l'entourage qui reste dans son
pessimisme ! merci pour ce bel article.


Marie Jose A 07/10/2010 16:16



merci, c'est également par ce que cette nouvelle approche de la vie me permet de vivre en joie, que j'ai envie de la partager. à bientôt et belle vie !



Le chant du cygne 07/10/2010 15:53


Bel article auquel j'adhère complètement.

Bonne journée